top of page

La zone sécuritaire: aider votre chien anxieux à relaxer

Dernière mise à jour : 14 juin 2023

Créer un espace favorisant la détendre peut aider à réduire le stresse de votre chien



On se préoccupe de plus en plus du bien-être de nos chiens et c'est tant mieux!! Nous savons, grâce à la science et aussi par simples observations, qu'ils peuvent être anxieux dans certains contextes. Par exemple, certains chiens stressent lorsqu'ils entendent certains bruits comme les feux d'artifices ou les orages, lorsqu'ils sont en présence d'étrangers ou d'invités dans la maison ou parfois simplement lorsqu'un changement inexpliqué survient dans leur environnement.


Votre chien compte sur vous pour l'aider à traverser ces moments difficiles en lui offrant le réconfort dont il a besoin, ainsi qu'un endroit où il ne se sentira pas si vulnérable. Pour y arriver, il faut d'abord commencer par identifier à quoi ressemble l'anxiété chez le chien et quels en sont les causes.


À quoi ça ressemble un chien anxieux?

Le chien communique avec son corps, c'est donc en observant ses mouvements, ses déplacements et ses gestes que l'on peut identifier des signaux qui pourraient indiquer un mal-être. Les comportements suivant peuvent être des indices:

  • haleter

  • se lecher le nez (alors qu'il n'a pas bu ni manger)

  • bailler fréquemment

  • baver ou saliver de façon excessive

  • avoir une position accroupie, se placer de coté

  • figer, avoir des yeux exorbités

  • faire les cents pas

  • se lèche intensément, allant même parfois jusqu'à se causer des lésions

  • trembler, se secouer, s'étirer

  • ne pas manger

  • vocalises excessives en intensité et/ou en fréquence

Ces comportements involontaires aident le chien à s'adapter à une situation ou à un contexte donnée; c'est ce qu'on appelle des comportements adaptatifs.



Pourquoi il est anxieux?

Identifier la source du stress est essentiel dans la démarche vers le mieux-être du chien et pour optimiser sa zone de sécurité.


Les causes les plus fréquentes d'anxiété chez sont les méthodes punitives d'entraînement, les milieux abusifs, les bruits soudains ou forts, la solitude et/ou le confinement imposés, la douleur ou les ennuis de santé et les autres animaux.


Ne pas pouvoir exprimer ses comportements innés, le manque de stimulation mentale, le manque d'interactions sociales (humains, congénères, autres espèces) et bien sur le manque d'activité physique peuvent aussi être en cause mais ne requièrent pas la création d'une zone sécuritaire.


Observer votre chien, apprendre à reconnaître les comportements qu'il adopte dans les contextes qu'il perçoit comme étant anxiogènes, le filmer pour vous aider à identifier les causes de son anxiété sont donc des incontournables. Attention cependant de ne pas le placer inutilement dans des contextes difficiles. Vous ne voulez pas volontairement créer de l'anxiété ou une crise panique chez votre chien.


L'historique du chien doit aussi être pris en compte, quoi qu'elle ne soit pas toujours disponible ni valable.


En identifiant la cause, il est possible de réduire, voire éviter, des situations anxiogènes pour le chien, simplement en modifiant son environnement. Cela dit, il n'est pas toujours possible d'éviter certains déclencheurs et c'est là que la zone sécuritaire entre en jeu.


Créer une zone sécuritaire

Savoir reconnaître les déclencheurs et les besoins spécifique du chien permettra d'identifier le type de zone qui lui conviendra le mieux.


Il peut s'agir d'une cage, d'un enclos, d'une pièce, du dessous de lit, d'un coin du canapé ou du lit et même d'une couverture drapée en tente ou d'un garde-robe. Soyez attentif et observez, votre chien a peut-être déjà identifié sa zone dans la maison, écoutez-le!

ATTENTION À LA CAGE: beaucoup de chiens qui souffrent d'anxiété de séparation souffrent aussi d'anxiété de confinement. La cage, l'enclos ou une pièce fermée peuvent donc exacerber son anxiété. Consultez une spécialiste en anxiété de séparation, facilement repérable aux lettres CSAT.

Quelques éléments à inclure dans sa zone:

  • Son coussin et/ou sa doudou préféré

  • Certains chiens aiment s'enfouir; leur fournir un lit conçu à cet effet peut être utile

  • De l'eau et de la nourriture à proximité

  • Des jouets

  • Un endroit pour se soulager si nécessaire

  • Un diffuseur (attention à la toxicité de certaines odeurs)

  • De la musique douce

  • Dans certains cas, un bruit de fond (bruit blanc) comme un ventilateur

  • Si la pièce a des fenêtres, prévoir des rideaux pour bloquer la vue extérieure

  • Si le chien craint les orages, laissez les lumières allumées pour amoindrir l'impact des éclaires



LA ZONE SÉCURITAIRE DOIT ÊTRE FACILEMENT ACCESSIBLE

ET LE CHIEN DOIT POUVOIR Y ENTRER ET SORTIR LIBREMENT


La zone sécuritaire doit être un endroit calme où le chien ne sera pas dérangé, c'est SON espace. C'est l'endroit où il peut se rendre et se poser. Il est donc important d'expliquer aux enfants que cette endroit est pour le chien et qu'ils ne doivent pas y aller. Pareillement pour les autres membres de la famille et les invités - on ne dérange pas le chien!


Cela dit, ses humains de référence peuvent lui offrir du réconfort dans son espace; observez le chien, il est mieux avec ou sans la présence de son humain?


Créer une association positive

Pour aider le chien à faire une association positive avec son espace sécuritaire, il est possible de lui offrir une activité de détente comme un tapis de léchage ou un jouet farci. Le rajout d'une douce musique d'ambiance et même d'un diffuseur de type Adaptil peut aussi l'inciter à la relaxation. Attention aux diffuseurs d'huiles essentielles, certaines pouvant être toxiques pour le chien. Bien s'informer avant d'utiliser.


La médication comportementale

Parfois, une zone sécuritaire n'est pas suffisante; c'est le temps de consulter votre vétérinaire.


Votre vétérinaire généraliste ou un vétérinaire spécialisé en comportement peut prescrire une médication situationnelle ou à long terme pour diminuer l'état anxieux de votre chien, selon que le l'anxiété est passagère ou généralisée.


Jumelé à une thérapie comportementale avec un.e spécialiste en comportement canin (svp vérifier les formations et accréditation) et grâce à l'aménagement d'une zone sécuritaire, il est possible d'aider le chien à mieux gérer ses émotions.






102 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page